Retour

Définition de la prévention des risques psychosociaux

Conseil en prévention des risques Psychosociaux (RPS)

Définition de la prévention des risques psychosociaux (RPS)

Les «risques psychosociaux» englobent en réalité une pluralité de phénomènes, d’un degré de gravité plus ou moins élevé :

  • Des signaux faibles, comme des plaintes, une diminution de l’engagement au travail, un absentéisme inexpliqué …
  • Des signaux d’alerte plus importants avec des tensions dans les relations au travail, des phénomènes de surengagement, de stress, voire de burn-out, des accusations de harcèlement 
  • Une situation de crise concernant une ou plusieurs personnes : agression externe ou interne, suicide ou tentative de suicide.

Ces phénomènes ont des conséquences sur la santé des salariés, or il est du rôle de l’employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés (article L4121-1 du Code du travail). Aussi, la direction de toute organisation de travail (entreprise, association, collectivité …) se doit de traiter le plus en amont possible les risques psychosociaux (RPS), dès les premiers signaux d’alerte, afin d’éviter toute atteinte à la santé mentale et physique de ses employés.

Les facteurs de risques psychosociaux

Ces risques ont été étudiés par un collège d’experts à la demande du Ministre du Travail en 2007 dans le rapport « Mesurer les facteurs psychosociaux de risque pour les maîtriser », dans lequel ils donnent la définition suivante :

« Les risques psychosociaux sont considérés comme les risques pour la santé mentale et physique et sociale, engendrés par les conditions d’emploi et les facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d’interagir avec le fonctionnement mental. »

Ce rapport met également en avant 6 facteurs de risque :

  • L’intensité du travail et le temps de travail : contraintes de rythme, dépendance du travail de contraintes externes ou internes à l’entreprise, objectifs irréalistes ou flous, exigence de polyvalence élevée, instructions contradictoires, tâches interruptives, exigence de compétences ou de responsabilités élevées ou au contraire sous-estimées, quantité de travail, risques associés au travail posté …
  • Les exigences émotionnelles : comportement imprévisible du public, agressions verbales et physiques internes et externes, contact avec la souffrance, peur de l’accident, nécessité de cacher ses émotions, travail isolé …
  • Le manque d’autonomie : impossibilité d’organiser son activité, d’anticiper, travail répétitif sous cadence, absence de participation aux décisions, non-utilisation et développement des compétences …
  • Les rapports sociaux au travail : modes de relations dégradées avec les collègues et/ou la hiérarchie, modes de management autoritaires, absence de soutien, de coopération et d’entraide, de convivialité, manque de reconnaissance, absence de perspectives de carrière, tensions liées à l’évaluation du travail, manque d’attention portée au bien-être des travailleursdiscriminationsharcèlement …
  • Les conflits de valeur : écart entre objectifs donnés et ses propres critères de qualité, changement brutal de pratiques, qualité empêchée, conflit éthique, travail inutile …
  • L’insécurité de la situation de travail : précarité de l’emploi, temps partiel subi, changements organisationnels fréquents, soutenabilité du travail, fluctuations fréquentes du marché …

Stress, burn-out, harcèlement, violences : définitions

Si un ou plusieurs de ces facteurs de risque sont présents dans l’entreprise, alors les risques psychosociaux (RPS) sont susceptibles d’émerger :

Le stress :

ð  Définition « Un état de stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face. Bien que le processus d’évaluation des contraintes et des ressources soit d’ordre psychologique, les effets du stress ne sont pas, eux, uniquement de même nature. Ils affectent également la santé physique, le bien-être et la productivité » (Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail de Bilbao, cf. article de P.Legeron, 2008)

ð  Le stress peut concerner tout le monde, de l’employé au chef d’entreprise en passant par le manageur

ð  Il n’existe pas de « bon » ni de mauvais stress, mais seulement des situations de stress aigu, qui sont une réaction normale de notre organisme quand nous faisons face à une menace ou un enjeu ponctuel, ou des situations de stress chronique, qui sont la réponse de notre corps à une situation de stress qui s’inscrit dans la durée et peuvent entraîner de graves conséquences sur la santé. « L’individu est capable de gérer la pression à court terme, mais il éprouve de grandes difficultés face à une exposition prolongée ou répétée à des pressions intenses » (ANI Stress au Travail, 2008)

Le Burn Out ou épuisement professionnel

ð  D’abord identifié pour les professions médicales et les travailleurs sociaux en contact avec un public en difficulté, le burn-out est devenu un vrai problème de santé qui touche aussi d’autres professions.

ð  Aujourd’hui il apparait en particulier chez les populations-cadres.

ð  Notion encore non stabilisée scientifiquement, plusieurs définitions sont données dans un rapport très complet de l’Assemblée nationale. On peut retenir la définition du Burn Out par étapes (pg.16) :

-          L’enthousiasme : l’individu a beaucoup d’énergie, d’ambition, et se consacre avec enthousiasme à son travail même s’il est très exigeant et les conditions de travail non optimales.

-          Le surinvestissement : l’individu se rend compte que malgré ses efforts, sa carrière n’évolue pas, il n’est pas reconnu, il travaille donc de plus en plus, le soir, les week-ends, et ne déconnecte jamais.

-          La désillusion : la personne commence à perdre espoir et « les premiers signes cliniques apparaissent : impatience, irritabilité, cynisme, isolement, troubles somatiques ».

-          Le burn-out : « L’individu perd tout intérêt pour son travail et pour son entourage professionnel, voire personnel. Il a brûlé toutes ses réserves et se sent totalement épuisé et découragé. Il n’est tout simplement plus capable de travailler ».

Le harcèlement

ð  Le harcèlement est défini dans l’article L1152-1 du Code du travail : « Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel. »

ð  Une situation de harcèlement peur avoir des conséquences pénales définies dans l’article 222-33-2 du Code pénal : « Le fait de harceler autrui […] est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 € d'amende. »

Les Violences :

ð  Délit qui relève de la loi pénale

ð  L’accord national du 26 mars 2010 sur le harcèlement et la violence au travail indique : « La violence au travail se produit lorsqu’un ou plusieurs salariés sont agressés dans des circonstances liées au travail. Elle va du manque de respect à la manifestation de la volonté de nuire, de détruire, de l'incivilité à l'agression physique. La violence au travail peut prendre la forme d'agression verbale, d'agression comportementale, notamment sexiste, d'agression physique. »

--
N'hésitez pas à me contacter si vous souhaitez plus de renseignements sur le conseil autour des risques psychosociaux ou à vous rendre sur mon blog.